Jacques Pellerin

En 1954  à l’âge de 11 ans j’étudie la notice de l’appareil Kodak à soufflet de mon père puis je prends des photos de paysages. A 16 ans j’investis dans un Voigtländer et je commence à prendre des diapositives des glaciers l’été en montagne et à présenter des diaporamas. A 23 ans, vétérinaire au Maroc, je découvre le tirage  noir et blanc et la magie du laboratoire, les sujets ne manquent pas dans ce joli pays. A 25 ans, vétérinaire praticien dans le bocage en Nord Deux-Sèvres, je me lance avec du matériel NIKON, qui ne me quittera plus, en passant de l’argentique au numérique dans le temps. C’est alors que je fréquente le photo-club de Parthenay  et que  j’anime simultanément un   photo-club à Moncoutant pour apprendre aux amateurs le tirage noir et blanc en laboratoire. Mes sujets favoris sont ceux de la nature et ceux en relation avec mon exercice professionnel rural.

Passionné d’ornithologie, en 2011, je suis amené à observer pendant cinq mois, dans le bocage Deux-Sèvrien, un couple de Cigognes noires accompagné de sa progéniture puis de Cigognes noires juvéniles migratrices. C’est alors que je m’initie aux affûts dés le  du lever du jour ou bien tard le soir et que je découvre la grande richesse de la vie animalière tant en oiseaux qu’en mammifères. L’acquisition d’un téléobjectif me permet alors de cadrer l’animal dans son intimité et de passer de très nombreuses heures à pouvoir saisir ces moments magiques où l’animal  non  dérangé se livre à vous dans toutes ses expressions naturelles. Depuis 2012 je participe à la mise en œuvre du Festival Photographique de Moncoutant.  A ce jour, ma passion pour la photographie est plus orientée vers les oiseaux dans leurs milieux aux fins d’en faire profiter les revues spécialisées ou de les présenter en exposition sur des thèmes précis.

Quel plaisir de photographier des animaux sauvages sans les perturber et de saisir les moments éphémères de leurs expressions en jouant avec les effets de lumière et de bokeh.